Escondida
   
 

SOLO

Ce solo explore l’espace- la triphonie - le jeu dans le noir et la surimpression de matières enregistrées et jouées live. Les textures sont aussi bien électroniques que concrètes. Poésie abstraite et cinétique et comme trouée de quelques taches de paysages sonores.

"Dans le studio et sur scène, ses outils et ses gestes sont ceux ceux d’un artisanat sonore qui travaille un quotidien poétique : archet sur polystyrène, image de sons projetée dans le noir, granulations synthétiques, frottement sur vinyl, grincement troublant d’un vieux siège de cinéma, paysage sonore au bord du larsen, souffle blanc piqué d’aigus saturés, filtrage radical... C’est tout un jeu conduit doucement entre les extrêmes où corps sonores et machines surfent sur une même ligne de tension haut-parlante."

FICHE TECHNIQUE

Quatre Haut-parleurs un peu fin (puissance en fonction des lieux), deux tables, un paravent (je joue cachée).

 

 
retour